Économie

Placements : allégez la fiscalité sur vos plus-values !

Le 08/09/2013 à 08:01:55
Vues : 5646 fois JE REAGIS

La Bourse grimpe, malheureusement les taxes sur les plus-values suivent la même tendance. PEA et assurances vie sont devenus incontournables pour les diminuer. Quelques éléments pour vous aider à mieux comprendre ces deux enveloppes fiscales.

Avec un CAC 40 en hausse sur 2012, de nombreux Français ont enfin réalisé des plus-values en Bourse après une décennie de disette. Cependant, nombreux sont ceux qui ont déchanté en découvrant leur feuille d’impôts, car la taxation du compte titres s’est progressivement alourdie entre 2009 et 2013. Son taux d’imposition a fait des bonds successifs et les conditions de cession ont changé. Bilan, les petits épargnants qui n’avaient pas optimisé dès le départ la fiscalité de leurs placements ont dû reverser à l’État 39,5 % de leurs gains réalisés sur un compte titres en 2012, contre seulement 12,1 % deux ans plus tôt ! Une pilule dure à avaler quand on sait que la réalisation de gains sur les marchés s’était révélée être une mission très difficile pour les particuliers sur les dix dernières années.

Aujourd’hui, si l’on veut que son argent travaille pour soi plutôt que pour les impôts, il faut impérativement optimiser la fiscalité de ses plus-values futures. Dans cette optique, certains comptes sont à ouvrir au plus vite, et ce même si l’on envisage les prises de bénéfices à très long terme ou si l’on ne prévoit de placer de l’argent que dans trois, cinq ou dix ans.

Des banques pas toujours très claires

Pour faire le bon choix en fonction de sa situation et de sa stratégie d’investissement, un épargnant doit aujourd’hui bien connaître les différences entre un compte titres, un Plan d'épargne en actions (PEA) et une assurance vie. C’est loin d’être évident pour les particuliers. Les produits permettant d’améliorer la fiscalité ne sont pas d’une grande limpidité et les prospectus des établissements bancaires n’arrangent rien. Les banques mélangent les informations légales à des techniques marketing et affublent leurs produits de noms étranges censés faire écho aux attentes des clients. Des techniques pratiquées par neuf établissements sur dix et qui rendent encore plus difficile la compréhension des principes de bases du PEA et de l’assurance vie. Dommage, car ces comptes sont très intéressants.

Une rentabilité à long terme

On décrypte donc pour vous les deux enveloppes fiscales que sont le PEA et l’assurance vie. Des comptes qui intéresseront ceux qui ont déjà de l’argent placé sur les marchés financiers, ceux qui veulent doucement s’y mettre à cause du nouveau taux très décevant du livret A, mais aussi ceux qui n’investiront que dans cinq ou dix ans.

En effet, il se révèle particulièrement rusé de prendre date sur un PEA ou une assurance vie, bien avant d’avoir une épargne à placer. La raison ? Les avantages fiscaux de ces deux enveloppes se créent avec le temps qui passe. Pas besoin de laisser placer l’argent sur ces comptes pendant des années.

Insistons sur le fait que tous ceux qui s’attendent à toucher un héritage dans les dix ou vingt ans à venir, ceux qui veulent préparer leur retraite ou acquérir un jour une résidence principale devraient au minimum ouvrir une assurance vie au plus vite, même s’ils n’ont pour l’instant qu’une toute petite somme à y placer.

Par Florent Gaillard

Top articles

4. Les problèmes avec un placement financier

Réagir à cet article

Par anonyme | Me connecter




générer une nouvelle image
L'info conso en continu