Prolongations

Easyjet : la grève reconduite le 31 décembre

Le 26/12/2014 à 14:05:55
Vues : 2206 fois JE REAGIS

Alors que les hôtesses et stewards d'Easyjet sont en grève depuis le 25 décembre, ces derniers envisagent de poursuivre le mouvement les 31 décembre et 1er janvier prochains.

Les hôtesses et stewards d'Easyjet sont en grève depuis le 25 décembre. Ce vendredi, seuls 38 vols ont été annulés sans trop perturber le trafic. Cependant, les syndicats de navigants SNPNC-FO et Unac envisagent de reconduire le mouvement les 31 décembre et 1er janvier prochains.

Easyjet : la grève suivie par 70 à 80 % du personnel

Selon Eric Cunnac, responsable de l'Unac, le mouvement social serait aujourd'hui suivi par "70 ou 80 %" des hôtesses et stewards de la compagnie, même s'il paraît "très difficile de donner des chiffres exacts". "Normalement on a accès aux listes" des vols annulés et des personnels s'étant déclarés grévistes 48 heures à l'avance conformément à la législation "mais là, ils ont bloqué toutes les informations".

Cependant, Easyjet a limité les annulations en faisant venir des équipages de Grande-Bretagne "sur la base du volontariat". "Une façon de casser la grève", selon le porte-parole.

Pourquoi les hôtesses et stewards font-ils grève ?

La principale revendication des syndicats porte sur l'organisation des plannings mensuels "de moins en moins respectés", avec des changements d'horaires "du jour au lendemain". "Aujourd'hui, nous sommes à flux tendus dès qu'ils prennent des personnels sur un autre équipage, cela a un effet domino sur les autres vols" et sur la vie privée du personnel, regrette Eric Cunnac.

Le SNPNC-FO et l'Unac s'élève également contre la prise en compte du critère de "satisfaction" du client dans l'attribution d'un bonus annuel. Selon les hôtesses et stewards, cette satisfaction relèverait principalement du traitement que reçoivent au sol les passagers, comme l'enregistrement des bagages ou le contrôle de sécurité.

"Notre bonus sous formes d'actions de la compagnie, déjà ridiculement bas, va baisser en avril de 25%", affirme le délégué. Selon lui, la compagnie ne "négociant absolument pas" avec les hôtesses et stewards, "il est très, très probable que le conflit continue".

Par Maxime Quéma

Top articles
Réagir à cet article

Par anonyme | Me connecter




générer une nouvelle image
L'info conso en continu