Une alternative à l’huile de palme trouvée ?

Publié le 24 janvier 2017 à 9:00 Demain | 1436 vues

Deux industriels d’Occitanie auraient mis au point, en partenariat avec un laboratoire du CNRS, une alternative locale à l’huile de palme à base d’huile de tournesol.

L’huile de palme est présente dans bon nombre de nos aliments. Outre dans la célèbre pâte à tartiner Nutella, on la retrouve aussi dans les biscuits, gâteaux, plats préparés et mêmes dans certains produits cosmétiques. Reste que cette huile bon marché est, depuis quelques années, pointée du doigt, notamment à cause de l’impact de sa production. Les plantations de palmiers à huile sont à l’origine d’une déforestation massive dans des pays comme l’Indonésie et la Malaisie. Des forêts tropicales, qui abritent tout un écosystème, sont en effet rasées pour y planter ces arbres dont les fruits, de couleur jaune et orange de la taille d’une grosse noix, contiennent la fameuse huile. Riche en acides gras saturés, elle serait aussi mauvaise pour la santé, selon certains scientifiques.

« Substipalm », un projet porteur d’espoirs

Dans le cadre de l’appel à projet destiné à soutenir l’innovation dans les industries agroalimentaires de la région toulousaine, le biscuitier Poult et la société gersoise Nataïs, spécialiste du pop-corn, ont planché sur une alternative à l’huile de palme. En partenariat avec le laboratoire toulousain des interactions moléculaires et réactivité chimique et photochimique (IMRCP – CNRS – Université III Toulouse – Paul Sabatier), ces deux entreprises ont réussi à mettre au point un procédé à base d’huile de tournesol qui pourrait tout à fait remplacer l’huile tant décriée dans certains produits alimentaires. Leur projet, baptisé « Substipalm », a été lancé il y a trois ans.

La substituer n’est pas chose facile. L’huile de palme est en effet difficilement remplaçable. « Dans certains biscuits nous pouvons faire sans huile de palme, mais quand il s’agit de biscuits fourrés, c’est très compliqué d’utiliser autre chose car elle a la particularité de résister aux variations de température tout en fondant dans la bouche à 37°C, explique Cécile Terrol, responsable recherche et développement au sein du groupe Poult, à 20 minutes. On pourrait la remplacer par du karité ou de l’huile de coco, mais c’est aussi exotique et ça ne fait que reporter le problème de déforestation ».

Une demande d’agrément est en cours auprès de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Si cette alternative venait à être validée, les industriels pourraient ainsi l’utiliser. Toutefois ce substitut sera néanmoins plus coûteux que l’huile de palme. Pas sûr que tous les industriels l’adoptent.

Justine Dupuy

Surprise

Zéro déchet : comment faire ses pastilles WC maison ?

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème