Les calissons d’Aix menacés par des calissons fabriqués en Chine

Publié le 16 novembre 2016 à 12:08 Aujourd'hui | 1015 vues

Une société chinoise a déposé la marque « les calissons d’Aix » en juin dernier, au grand dam des artisans français qui tentent de protéger au niveau mondial leur douceur sucrée.

Difficile à l’imaginer mais le calisson d’Aix est désormais chinois. En juin dernier, une entreprise chinoise a en effet déposé la marque « les calissons d’Aix » auprès du SIPO, l’équivalent de notre Institut national de la propriété industrielle (Inpi). Les calissonniers aixois l’ont en travers de la gorge, d’autant que ce dépôt de marque tombe au plus mauvais moment.

Reconnu au patrimoine de la ville d’Aix-en-Provence, le calisson est protégé en France depuis 1991 par une marque collective au nom de l’Union des Fabricants de Calissons d’Aix (UFCA). Mais pas à l’étranger. C’est pourquoi, l’UFCA tente d’obtenir une Indication Géographique Protégée (IGP). Problème, cela fait 14 ans que le dossier est sur la table, indique La Provence.

Calissons d’Aix : une IGP qui se fait attendre

Une première demande avait été déposée au début des années 2000 auprès de l’Union Européenne, mais elle n’avait pas abouti en raison de désaccords entre les calissonniers. Pour prétende à l’IGP, un cahier des charges bien précis, encadrant la fabrication des calissons, doit être établi (la forme, la taille, les ingrédients, etc.). Mais chacun a défendu sa recette.

Ils ne sont mis d’accord qu’en 2015 sur le cahier des charges. « Nous avons déterminé quelle doit être la forme du calisson, sa taille, sa recette, ainsi que la proportion des ingrédients et le process », explique Laure Pierrisnard, la présidente de l’UFCA et directrice de la Confiserie du Roy René, leader du marché, à la Tribune Provence-Alpes-Côte d’Azur. Un calisson traditionnel est composé d’un tiers d’amandes, d’un tiers de fruits confits et d’un tiers de sucre. Les amandes doivent impérativement provenir du bassin méditerranéen. La poudre est formellement interdite.

Le label permettrait de protéger le calisson. Il serait ainsi défini comme un produit de la région d’Aix-en-Provence uniquement. Le dossier d’IGP sera présenté aux instances européennes d’ici le début de l’année 2017. La certification ne devrait pas voir le jour avant 2018. En attendant, l’UFCA a fait opposition à la marque chinoise et déposera un dossier avant le 25 novembre prochain. Les contrefaçons chinoises pourraient ruiner les efforts des fabricants français qui tentent de développer leur production à l’international.

Marine VAUTRIN

Surprise

Tutos, trucs et astuces pour fabriquer un masque maison

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème