CHANCE : le programme qui vous aide à réorienter votre avenir professionnel

Publié le 25 juin 2020 à 8:58 Aujourd'hui

Vous souhaitez changer de travail mais ne savez pas pour quoi et comment ? Chance est fait pour vous ! Programme personnalisé alliant technologie et psychologie, il vous aide à vous réorienter en trois mois, et peut être pris en charge par Pôle emploi ou votre CPF. Nous avons rencontré Ludovic de Gromard, son jeune patron fondateur qui nous a raconté l’histoire de cette Entreprise Sociale et Solidaire qui dépoussière le monde des bilans de compétences et du travail.

Ludovic de Gromard est un jeune entrepreneur investi d’une mission : celle de trouver le job de rêve à tous ceux qui sont malheureux dans leur travail, rien que ça. Comment ? En mêlant tech et psychologie. Parcours 100% digital ultra-personnalisé, l’égalité des chances devient un concept concret.

La genèse du projet

Tout commence au Moyen-Orient, précisément à Dubaï. Ludovic est alors chargé de recruter pour une entreprise spécialisée dans la verrerie des centaines de salariés et fait passer pour cela plus de 1000 entretiens. Une expérience et un choc qui le font réfléchir au marché de l’emploi : il rencontre des personnes manifestement bien calibrées pour certains emplois, mais qui n’ont pas trouvé la bonne entreprise pour leurs compétences. Parfois sans diplômes ou sans connaissance de leurs vraies valeurs, il voit ainsi défiler des candidats qui ne sont pas à leur place, ce qui ne peut pas être bon non plus pour l’employeur.

Ludovic de Gromard rejoint ensuite un poste de direction à San Francisco, au cœur de la Silicon Valley. Là il entend d’autres discours, les fameux discours des amis qu’on a tous autour de nous, ceux qui passent leur temps à dire qu’ils veulent changer de boulot, mais qui ne passent jamais le pas, parce qu’ils n’arrivent pas à identifier ce qu’ils veulent vraiment faire dans la vie. Une idée commence à mûrir dans sa tête et il reprend des études en psychologie appliquée en parallèle de son travail . Et puis il tombe sur un livre de Muhammad Yunus, une révélation.

Muhammad Yunus : la rencontre fondatrice

Muhammad Yunus, prix Nobel de la paix en 2006, est mondialement connu pour avoir inventé le microcrédit avec la Grameen Bank au Bangladesh en 1976. Cet homme remarquable est convaincu que tout le monde a le potentiel en soi d’inventer son travail, son entreprise, et qu’il n’y a pas d’un côté quelques grands patrons avec de grandes entreprises et de l’autre une armée de travailleurs au service de ces grandes entreprises. Muhammad Yunus a développé avec le micro-crédit une « banque pour les pauvres » qui leur permet de lancer des projets sans fonds de départ ni patrimoine pour rassurer un banquier « ordinaire », une banque qui prête sur la base de la confiance en l’autre, en son projet, au fait qu’il remboursera. Et ça marche !

Ludovic de Gromard fait le voyage jusqu’au Bangladesh en 2014 pour assister au rendez-vous annuel organisé par le maître de la lutte contre la pauvreté par l’entreprenariat. Il a 27 ans et parvient au culot, sans invitation, à participer au gala du soir. Dans la salle, que du beau monde, des grands partons convaincus comme Emmanuel Faber de Danone, des ministres de différents pays. Une opportunité s’ouvre au jeune homme dès le début de soirée : Muhammad Yunus prévient qu’on attend encore une délégation étrangère en route vers la salle pour commencer, quelqu’un veut-il s’exprimer en attendant ? Ludovic fonce sur l’estrade, en jean et chemise décontractée, sous le regard étonné de l’assistance en tenue de soirée. Et là il expose son grand projet : combiner la technologie et la psychologie pour permettre aux personnes les plus défavorisées de sortir de leur condition.

A la fin de son discours, Muhammad Yunus le prend dans ses bras : c’est le début de leur coopération. En descendant de l’estrade ce soir-là, Ludovic n’a pas trouvé qu’un partenaire hors pair, quelques soutiens et investisseurs sont venus lui apporter une mise de départ de 150 K€.

Création de CHANCE : pionnière mondiale de la psytech

Ludovic de GromardDe retour du Bangladesh, Ludovic appelle une amie, Clémence Coghlan, pour lancer ce qui deviendra l’entreprise d’économie solidaire (ESS) CHANCE dont la présidence est assurée par Muhammad Yunus himself. Rappelons qu’une ESS est une entreprise fondée sur des principes de solidarité et d’utilité sociale avant tout.

Avec un projet 100 % digital qui allie algorithme technique et psychologie, les deux amis fondateurs obtiennent rapidement le soutien de la fondation google.org : CHANCE devient alors le pionnier mondial de la « psytech ». S’ensuivent 5 ans de recherche et développement (environ 5 millions d’euros d’investissements), ponctués par de nombreux prix et soutien obtenus et dont la liste est déjà longue en si peu de temps : Lauréat du Facebook Start-up garage en 2018 (ce qui leur donne accès à des locaux dans la trendy Station F), label « jeune entreprise innovante » par l’Etat français la même année, Prix du Facebook Social Entrepreneurship (Latam) en 2019…

Au-delà des compétences techniques, CHANCE s’entoure aussi dès le début de talents, notamment dans la programmatique neurolinguistiques (PNL) et c’est Robert Dils, connu mondialement pour avoir modélisé des pans entiers de psychologie, qui est aujourd’hui la « tête pensante » et le coach psy du programme.

Le programme CHANCE : 3 mois pour se « réorienter »

Après avoir été testé d’abord au Brésil, le modèle a évolué. Aujourd’hui, toutes les équipes de CHANCE sont revenues en France pour finaliser un programme efficace dans un pays qu’elles connaissent bien, avant de l’ouvrir à l’international.

Pour bien profiter du programme de coaching personnalisé, il convient d’avoir au moins 6 mois d’expérience professionnelle dans sa vie : si Chance travaille déjà sur des parcours adaptés à des jeunes encore en période de scolarité, l’expérience est aujourd’hui calibrée pour des personnes qui se sont déjà confrontées au monde du travail.

Les 3 premières heures sur Chance.co sont gratuites et permettent de tester l’outil. Ensuite, bonne nouvelle, votre CFP ou Pôle emploi peut prendre en charge le coût global du coaching de 1200 € HT, qui dure trois mois pour 30H en tout. « Nous tenons à tenir ce rythme de trois mois sans l’écourter ou le prolonger, car ils sont essentiels pour avoir le temps de mûrir un projet en restant concentré sur celui-ci » prévient Ludovic de Gromard.

Souplesse et individualisation

Comme indiqué dès les premiers pas de prise en main de l’essai gratuit, « le coaching Chance, c’est l’articulation de l’autocoaching (24h) et de séances de vidéo-coaching (6h), l’un nourrissant l’autre ». Vous choisissez quel est le bon moment dans votre semaine pour consacrer du temps à ce coaching à distance.
Concrètement, pendant ces trois mois, vous enchainez 3 phases clés :
l’introspection (1 mois) : on cherche en vous vos aspirations profondes, vos compétences, mais aussi vos impératifs de vie qui peuvent être autant un problème géographique lié à une garde partagée, qu’un problème d’horaire pour aller chercher des enfants à l’école, ou encore d’un besoin de changer de ville
l’exploration (1 mois) : l’algorithme rentre ici en jeu et va affiner les possibilités de réorientation en se basant sur 40 pistes de métiers possibles au vu de la première phase d’introspection
la validation (1 mois) : cette étape, comme son nom l’indique, vise à certifier que votre profil colle avec le projet défini.

Mais le coaching Chance ne s’arrête pas là : « nous sommes des agents » ajoute Ludovic de Gromard et les personnes qui font le programme des « talents ». Et comme un agent sportif, les équipes de Chance accompagnent les poulains jusqu’au placement. Le but est de soutenir au maximum la personne pour lui donner confiance. « Il n’y a pas de jugement sur les aspirations des uns et des autres » poursuit l’entrepreneur. Il s’agit d’assister à la prise de décision, mais les choix restent dans les mains du « talent ».

Aujourd’hui, Chance emploie 30 personnes et entretient un réseau de 100 coachs répartis sur tout le territoire. Plus de 10 000 utilisateurs – avec une forte augmentation de l’usage pendant le confinement – ont utilisé l’outil dont ils sont satisfaits à plus de 90 %. Un beau succès pour l’entreprise qui vient par ailleurs d’obtenir 100 % de bons résultats à l’audit qualité QUALIOPI, la certification de l’Afnor sur les organismes de formation.
Le programme Chance s’adapte également en entreprise : certifiée Datadok, les entreprises peuvent aider au reclassement de leur personnel en utilisant un financement par le 1 % formation.

S’appuyant véritablement sur les fondamentaux des Entreprises sociales et solidaires, Chance a développé un modèle qui replace l’homme au centre du travail. La crise que nous traversons actuellement montre que ceux qui prennent le chemin de l’altruisme pour aller vers une économie et un monde plus solidaire sont probablement ceux qui en sortiront grandis. Gageons que Chance ira loin !

Pour en savoir plus :
Chance
Muhammad Yunus
La fondation Google
Star-up Garage Paris de Facebook

Stéphanie Perez

Surprise

Tutos, trucs et astuces pour fabriquer un masque maison

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème