Et si on mettait des insectes dans les croquettes

Des insectes dans les croquettes des chiens et chats

Publié le 13 janvier 2020 à 18:04 Made in France | 1079 vues

14.5 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) d’origine anthropique proviennent des chaînes d’approvisionnement de l’élevage.* Or nos animaux de compagnie occupent une belle place dans ce pourcentage à cause de leur régime alimentaire carnivore. Pour réduire l’impact environnemental de nos amis à quatre pattes, de jeunes start-ups françaises se sont lancé dans la production de croquettes à base d’insectes. Le point sur ce secteur prometteur.

Un foyer sur deux en France possède un animal de compagnie, qui est pour près de la moitié (42%) un chien ou un chat. Ceci représente 7.3 millions de chiens et 13.5 millions de chats selon la FACCO (Fédération des producteurs d’aliments pour chiens, chats, oiseaux, poissons et petits mammifères). On est même les premiers en Europe à en posséder autant et les chiffres ne font que croître d’année en année.

Or cette population amie qui fait partie de la famille est résolument carnivore et ne peut pas, pour son bien-être, se passer de protéines animales. Et qui dit carnivore, dit élevage, dit agriculture intensive pour nourrir ces animaux d’élevage, dit occupation des sols, dit émission de gaz à effets de serre etc… Alors que nos amis chiens et chats n’ont pas spécifiquement demandé à avoir du bœuf ou du poulet dans leurs croquettes, eux qui peuvent passer leurs journées le museau dans la terre à se délecter de ce qu’ils peuvent trouver.

Aussi, pour réduire l’impact environnemental de la nourriture animale, tout en assurant des apports nutritionnels équilibrés, des starts-up se sont lancé dans la production de croquettes à base d’insectes, aliments de choix pour notre futur.

Les insectes : nutritifs et peu énergivores pour la planète

Cela fait longtemps que la FAO*, la branche nutrition de l’ONU, vante les mérites de l’alimentation via les insectes. Ces petites bêtes peu ragoutantes pour nous occidentaux cumulent pourtant tous les avantages. Côté production d’abord : leur élevage produit peu de gaz à effet de serres (10 à 100 fois moins que l’élevage de porcs !), nécessite peu d’eau, se développe grâce à nos déchets organiques, sont moins dépendants du sol que l’élevage traditionnel et ont des rendements remarquables. Ainsi, en moyenne, 2 kg d’aliments sont nécessaires pour produire 1 kg d’insectes, tandis que les bovins exigent 8 kg d’aliments pour produire 1 kg d’augmentation de la masse corporelle animale indique un rapport de la FAO.

Coté santé, les insectes fourniraient des protéines et des nutriments de bien meilleure qualité que la viande et les poissons. Ils sont riches en acides gras, mais aussi en fibres et en oligo-éléments tels que le cuivre, le fer, le magnésium, le manganèse, le phosphore, le sélénium et le zinc. En outre, il n’y aucun risque que les insectes nous transmettent des maladies, comme la grippe aviaire ou la maladie de la vache folle.

Ainsi, passé l’aspect physique de ces petites bêtes qu’on peut réduire en farine, les insectes ont tous les atouts pour trouver leur place dans l’alimentation humaine et animale.

Tomojo : la marque française pionnière de croquettes pour chiens et chats

Paola et Madeleine, les deux fondatrices de Tomojo

« Un soir, je regardais Mojo, mon chien de 50 kg (un Ridgeback), raconte Madeleine Morley, une des deux jeunes co-fondatrices de la marque Tomojo. Je me suis dit que même si moi je faisais attention à réduire ma consommation de viande, lui en mangeait tous les jours et qu’il fallait peut-être commencer par-là ». La jeune femme, qui a fait des études en sciences de l’environnement à Londres se souvient qu’un des professeurs avait parlé de protéines alternatives. Elle en parle à sa meilleure amie d’enfance, Paola Teulières : les deux jeunes femmes abandonnent alors leur travail respectif pour se lancer dans le projet en novembre 2017. Ca tombe bien, depuis le 1er juillet 2017, la réglementation européenne autorise l’utilisation d’insectes dans l’alimentation animale.

« Au début, nous avons utilisé la recette d’un producteur Hollandais qui était le seul à ce moment-là à produire des croquettes à base d’insectes », se souvient Madeleine. L’objectif des deux jeunes femmes est alors de tester le marché, tout en se donnant le temps de développer leur propre recette. Car en effet, celle du producteur hollandais n’est à leurs yeux pas assez nutritive. Elles font appel à un vétérinaire spécialisé en alimentation animale et à un chercheur d’Agrotech pour les aider dans cette élaboration. Après huit mois de Recherche et Développement, des tests de production en usine et des tests sur un panel de chiens et chats, Tomojo sort en juin 2019 ses premières recettes du quotidien pour chiens et chats.

Les croquettes produites par Tomojo sont à 85 % issues des matières premières françaises. Les insectes proviennent en revanche de Hollande car « les fermes d’insectes françaises livrent en priorité toute l’aquaculture, et n’ont pas assez de stocks pour alimenter les autres secteurs de la Petfood » nous explique Madeleine. Les emballages entièrement biodégradables sont produits en Italie, et deux usines françaises, l’une en Mayenne et l’autre à Castres, fabriquent les fameuses croquettes disponibles uniquement sur leur site internet.

Tomojo, dont la question nutritive et santé est au cœur du projet autant que l’impact environnemental, a également développé des croquettes destinées aux vétérinaires qui s’en servent dans leur prescription pour certains animaux allergiques, sous la gamme Entovet.

Les deux jeunes femmes ont également lancé des friandises pour chiens, qui sont disponibles en grande surface. Une façon pour elles de se faire connaître d’un public moins digitalisé.

Entoma Petfood : les franco-danois au fort développement international

Luxidan Nirmalananthan et Rachelle Cantet, les deux co-fondateurs d’Entoma Petfood

Quelques semaines avant les débuts de Tomojo, une société franco-danoise teste de son côté, avec le Danish Institute au Danemark, des recettes de croquettes à base d’insectes. Le chien de Luxidan Nirmalananthan, l’un des deux fondateurs, vient de déclarer une allergie à l’alimentation traditionnelle animale, et il se trouve que les insectes ne sont pas allergènes. C’est le moment de se lancer.

Entoma Petfood développe ainsi une première gamme de friandises pour chiens à base d’insectes (Hermetia illucens) testée dès 2017 sur les principaux concernés. Les toutous approuvent la formule, l’entreprise entreprend alors le développement de la version croquette.

Dès 2018, Entoma Petfood commercialise la première gamme complète (friandises et croquettes pour chiens) à base d’insectes, d’abord au Danemark, puis à Interpol en Allemagne et sur le marché français. La dimension internationale est depuis le début très ancrée dans l’entreprise. Ainsi, « en 2020, nous serons distribués en France (70 points de ventes), au Danemark (250 points de vente), en Italie, en Suède, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Angleterre, au Benelux, en Hongrie/Croatie, et en Corée du Sud, Taiwan et Hong-Kong » , explique Rachelle Cantet la co-fondatrice française.

Côté fabrication, les friandises et croquettes Entoma Petfood sont constituées de matières premières 100 % naturelles et en provenance d’Europe. Les insectes viennent d’élevage aux Pays-Bas, en France et en Autriche. « Le produit est aujourd’hui trop gras pour convenir aux packagings biodégradables, précise Rachelle Cantet, mais l’emballage est 100 % recyclable ». A partir de 2020 enfin, seule une usine française façonnera l’ensemble des croquettes et friandises de la marque, qui se développe par ailleurs au-delà de l’alimentation animale : des produits innovants en soins et beauté animales, comme le shampoing solide pour chien éco-responsable et 100% naturel qui sortira en janvier 2020, sont actuellement en préparation.

Reglo : le nouvel entrant français de la croquette à base d’insectes

Basile Laigre, le fondateur de Reglo

L’avenir de la planète passe définitivement par la jeune génération. C’est en réfléchissant à ce qu’il pouvait faire pour réduire son impact sur la planète que Basile Laigre a eu l’idée à son tour de se lancer dans la croquette à base d’insectes : « j’avais déjà réduit ma consommation de viande, je trie mes déchets, je me déplace à vélo, mais tout ceci me semblait insuffisant. Bénévole à la SPA du Havre, j’ai alors pris conscience du niveau de kilogrammes de viandes de poulets ou de bœufs qu’il fallait pour nourrir tous ces chiens. » Ce point a tellement travaillé le jeune homme, qu’il a placé depuis sur son site internet un petit calculateur de l’impact carbone d’un chien en fonction de sa race.

Basile fait alors des recherches sur l’alimentation animale et ses alternatives, tombe sur le rapport de la FAO sur l’avenir nécessaire des insectes dans la nourriture humaine et animale et se fait une conviction que même si certains acteurs sont déjà présents dans les croquettes à base d’insectes, le secteur de l’alimentation animale est tellement large qu’il y a de la place pour inventer encore dans le domaine.

A l’automne 2019, il tente une campagne de crowfunding pour l’aider dans son développement, campagne qui dépasse ses objectifs. Il a travaillé au préalable une recette avec des spécialistes en nutrition animale pour élaborer une croquette bonne en apports nutritifs tout en étant la plus respectueuse possible de l’environnement.

Dans sa formule, Reglo a notamment travaillé l’enrobage de ses croquettes pour exclure toute graisse animale : en effet, pour favoriser l’appétence des chiens, les fabricants ajoutent tous aujourd’hui de la graisse animale. Sauf Réglo, qui est parvenu à remplacer ceci par de l’huile végétale et des herbes aromatiques, ce qui ne nuirait pas à l’appétence des chiens qui ont testé la croquette. L’ensemble des ingrédients qui composent le produit sont par ailleurs à plus de 50 % d’origine française et 100 % made in Europe, y compris les insectes. L’usine qui fabrique la croquette est quant à elle basée en Loir-et-Cher.

Depuis novembre 2019, Reglo a déjà vendu 2 tonnes de croquettes en pré-vente, qui seront livrées à partir de mars 2020. Pour le moment, le jeune homme tient à conserver son principe de vente directe via son site internet et limiter ainsi les intermédiaires, mais envisage toutefois dans un second temps d’être distribué dans les animaleries ou les cliniques vétérinaires.

Rikiki : spécialisé dans la vente en vrac de croquettes pour chat

Rikiki est une jeune pousse elle aussi dans la croquette pour insectes, mais qui y a ajouté en plus l’aspect local et le zéro déchet. « Notre principal objectif était vraiment de promouvoir une nouveau type de distribution » explique Pierre Bonneau, l’un des trois fondateurs.

Ainsi, pour maximiser l’impact écologique de leurs croquettes, Rikiki mise sur une distribution locale en épiceries spécialisées dans le vrac. Il sera possible aussi de commander sur leur site internet, mais uniquement dans les villes de Nantes et de Bordeaux dans un premier temps, car la livraison se fera via des coopératives de coursiers. Les ventes seront regroupées et livrées via une tournée.

Bientôt ouvert en pré-vente, les croquettes pour chats Rikiki seront livrées à partir de mars 2020.

Le secteur de la croquette pour insectes est bien actif, et c’est tant mieux. Cela permettra peut-être un vrai virage sur l’alimentation animale. Souvenez-vous de l’étude américaine publiée dans Plos et datant de 2017 qui rappelle que la consommation de viande des 163 millions de chiens et chats aux Etats-Unis se traduit par l’émission de 64 millions de tonnes de CO2, soit autant que 13,6 millions de voitures… Cela fait réfléchir sur nos comportements et ce qu’il convient de changer si l’on veut mieux respecter notre planète.

A noter que l’on parle ici de la croquette pour chiens et chats adultes : les petits ont en effet des besoins très spécifiques qui ne sont pas encore adressés par ces nourritures alternatives.

Pour en savoir plus :
Le zoom sur les insectes par la FAO
Le dossier sur l’élevage et les changements climatiques réalisé par la FAO
Les chiffres de la FACCO (Fédération des producteurs d’aliments pour chiens, chats, oiseaux, poissons et petits mammifères)
L’étude américaine sur l’impact carbone des chiens et chats aux Etats-Unis

Pour choisir ses croquettes aux insectes :
Tomojo
Endoma Petfood
Reglo
Rikiki

Eléonore Verdy

  1. Toutes ces croquettes restent assez mauvaises nutritionnellement, on est sur 30-40% de glucides minimum et finalement assez peu de protéines.

    Il semble qu’elles soient meilleures pour les consciences de leur maîtres que pour leurs animaux….Si vous ne supportez pas que votre chien ou chat, qui est un carnivore, mange de la viande, alors il faudrait envisager changer d’animal.

  2. Bonjour, je teste les croquettes tomojo, j’ai regardé les différentes compositions . Le chat qui est un carnivore strict a besoin de plus de 30% de protéines ! Et je trouve qu’il y a beaucoup de sucre , quel est le taux exact ? Et plus de 1% »de calcium c’est trop.Et je ne connais pas tous les taux exacts . Je vais essayer les croquettes Annamaet , un peu trop de cendres ! Finalement les croquettes c’est pas top ! Je donne en priorité des pâtées sans céréales et qq croquettes en friandises. Cordialement

  3. Hello Utilisateur Anonyme !

    Merci pour votre message, la team Mojo répond à vos questions sur nos constituants analytiques.
    Le chat a en effet besoin d’un apport en protéines, et nos croquettes en contiennent 33% ! Il convient de rappeler que le seuil maximal de taux de protéines est de 40% : au delà, les protéines (polymères d’acides aminés) sont plus à même de générer des co/sous-produits « nocifs ».
    Les glucides, ou sucres, sont de deux types : digestifs (celluloses qui participent à la santé du tube digestif et au développement de sa flore) et digestibles (principalement de l’amidon, polymère de glucose nécessaire au métabolisme). Si vous vous référez à la composition de nos croquettes pour chats, et sommez ces deux composants, vous obtenez un taux de 25,1% en sommant ces deux composés moléculaires.
    Si vous avez d’autres questions, contactez-nous sur notre boîte hello@tomojo.co ; nous serions ravis d’y répondre !
    Keep the Mojo !


    Tomojo

  4. EMPRUNT SANS FRAIS RAPIDE EN UN JOUR.

    Bonjour,

    Je suis Madame Jocelyne Duver vivant en France, pour toutes personnes ayant besoin d’une aide pour financer un projet, ou d’un prêt pour repartir à zéro je suis celle qu’il vous faut n’hésitez pas à me contacter :

    Duvi1@outlook.fr

    Avec un taux d’intérêt de 2%

    NB: Aucun frais à payer jusqu’à l’obtention de vôtre prêt.

    En attente de vos courriels pour plus d’informations où veuillez me soliciter par SMS +33756874751.

    Tel:+33 7 47 51.

    Cordialement,

    Jocelyne Duier.

    ___________________________________________________________________________________
    PRÊT SANS FRAIS __________________________________________________________________________

Surprise

Bananatex : un tissu responsable et de qualité à base de fibre de bananes

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème