« Hé ! T’es bonne ! » : Paris lance une campagne contre le harcèlement de rue

Publié le 28 novembre 2016 à 10:34 Aujourd'hui | 1321 vues

Pour lutter contre le harcèlement de rue, la Ville de Paris vient de lancer une nouvelle campagne. En plus des affiches, une application a été développée permettant aux victimes de signaler une agression, qu’elle soit verbale ou physique.

Une parole, un geste, un regard déplacé… Le harcèlement de rue touche de nombreuses femmes. Selon une récente étude de l’Insee, 25% des femmes âgées de 18 à 29 ans ne se sentent pas en sécurité dans la rue, 20% sont injuriées au moins une fois par an et 10% subissent des baisers ou des caresses qu’elles ne désirent pas. Dans les transports en commun, 100% des femmes ont été harcelées au moins une fois, d’après une étude réalisée par le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes. C’est pourquoi, la mairie de Paris vient de lancer une campagne contre le harcèlement de rue.

« Dénoncer sans stigmatiser »

Celle-ci est diffusée dans toute la capitale par voie d’affiches, de cartes postales et via les réseaux sociaux. « Nous souhaitons, avec ces affiches, dénoncer sans stigmatiser et susciter l’entraide des témoins. Lutter contre le harcèlement de rue, c’est participer à déconstruire les stéréotypes sexués que subissent aussi les personnes LGBT », a indique Hélène Bidard, adjointe à la mairie de Paris chargée de toutes les questions relatives à l’égalité femmes/femmes. Sur ces affiches, on peut y lire « Ma jupe n’est pas une invitation » ou encore « Hé ! T’es bonne ! Donne ton 06 ».

En parallèle, une application mobile gratuite a été lancée. Baptisée « Hands Away », cette appli permet à une victime de signaler une agression, qu’elle soit verbale ou physique, dans les rues de Paris. Une alerte est alors envoyée à d’autres utilisateurs qui se trouvent à proximité, à savoir les « streets angels ». Ces derniers « vont venir la réconforter, apporter une écoute ou un dialogue. Ils peuvent aussi témoigner auprès de la police s’ils ont vu la scène », explique à France Bleu Alma Guiro, la fondatrice de l’application. « La plupart du temps, les femmes n’osent pas parler des insultes qu’elles reçoivent tous les jours. « Hands away » vise à casser cette quotidienneté. C’est aussi un exutoire pour libérer la parole », ajoute-t-elle. L’appli compte déjà 5 000 utilisateurs.

Pour rappel, en cas de menace, de risque de violences ou d’agression, il faut contacter la police au 17. Vous pouvez également contacter le 3919 (Violences Femmes info) et le 0 800 05 95 95 (Viols Femmes Informations). Les appels sont anonymes et gratuits.

Voici les affiches :

 

harcelement-rue-campagne-paris

Marine VAUTRIN

  1. Wallah si j’trouve un mec comme ça, j’le nique direct !

Surprise

Zéro déchet : comment faire ses pastilles WC maison ?

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème