Enfin un composteur beau et vraiment durable

Transfarmers : un pot de fleurs composteur beau et durable

Publié le 2 juin 2021 à 12:16 Made in France

Se lancer dans une démarche zéro déchet est faite de petits pas, comme commencer par transformer ses déchets organiques. Oui mais voilà, le marché des composteurs, surtout en milieu urbain, est envahi d’offres de produits pas franchement design et essentiellement en plastique. Avec son pot de fleurs double fonction, Transfarmers vient changer la donne.

Le premier pas d’une démarche zéro déchet est de composter les restes de ses fruits et légumes. En effet, l’effort en vaut la chandelle : à eux seuls, nos déchets organiques représenteraient 20 à 30 % de nos poubelles, alors même qu’ils peuvent se transformer en superbe engrais naturel.

Mais il n’est pas toujours facile d’être aujourd’hui cohérent avec des démarches d’éco-responsabilité et les possibilités qui s’offrent à nous, tant le tout plastique a envahi le moindre objet de nos quotidiens. Aujourd’hui, se lancer dans un composteur en ville laisse peu de places aux modèles à la fois beaux, pratiques et fabriqués avec des matières respectueuses de l’environnement.

5 ans de recherche pour concevoir un produit plus durable

4 amis ingénieurs agronomes et graphiste ont alors eu l’idée de se lancer dans un projet innovant qui répond en tout point à leurs problématiques : à partir de matières premières en grande partie durables, leur composteur serait fabriqué en France avec un design simple et épuré qui ne dénature pas les intérieurs.

Au terme de 5 ans de recherche et développement, et une campagne de participation de financement participatif plus tard, leur pot de fleurs Transfarmers devenait réalité.

Des matériaux naturels et une fabrication artisanale

A l’exception des bouchons en liège qui sont fabriqués au Portugal, tout est fait en France. Une vraie volonté de proximité et de promotion des savoir-faire français pour les fondateurs basés à Montpellier.

Les pots sont faits en terre cuite de Champagne, par la poterie d’Amance, ce qui donne au style du pot, qui se patinera avec le temps, une classe incomparable.
La coupelle sous le pot, constituée de papier recouvert d’une couche de mélanine*, est fabriquée en Bourgogne Franche-Comté.
La paroi de séparation entre la partie lombricomposteur et la partie « plante » est faite en Normandie à partir de chutes de plastiques industrielles.
Enfin, les vrais travailleurs du pot qui s’activent à transformer les déchets organiques en terre, les vers, viennent d’une petite exploitation à Quimper.

>>> comment faire du compost ?

Des aides au financement

Le lombricomposteur deux en un de Transfamers a un coût non neutre : comptez 210 euros le pot. Certaines municipalités proposent toutefois des aides à l’achat d’un lombricomposteur et anticipent les obligations légales à venir. En effet, la législation européenne impose qu’en 2023, toutes les communes auront dû mettre en place des solutions pour généraliser le tri à la source des biodéchets.
Renseignez-vous auprès de votre commune

* la mélamine est une résine de plastique. Elle est utilisée ici pour assurer l’étanchéité de la coupelle

Pour en savoir plus :
Le site de Transfarmers

Crédit photo d’illustration : Damien Poullenot

Eléonore Verdy

Sur le même thème