Menu végétarien

Lundi vert : c’est quoi ? comment s’y mettre ?

Publié le 10 septembre 2020 à 17:20 Aujourd'hui

Lancée officiellement en France en janvier 2019 suite à une tribune publiée dans le journal Le Monde et signée par 500 personnalités, l’opération « LUNDI VERT » invite tout un chacun à démarrer la semaine sans viande ni poisson. On vous explique pourquoi c’est important de le faire chez vous et en entreprise !

En janvier 2019, Yann-Arthus Bertrand, Aurélien Barrau, Matthieu Ricard, Juliette Binoche, Isabelle Adjani… 500 personnalités publiques répondaient à l’appel de deux chercheurs français, Laurent Bègue-Shankland (Directeur de la MSH-Alpes) et Nicolas Treich (Directeur de recherches à l’INRA) et signaient une tribune dans le journal Le Monde pour promouvoir le Lundi Vert.

On ne le sait désormais que trop : l’élevage animal pour la consommation humaine et de nos animaux domestiques est un désastre écologique. Gaspillage des ressources, déboisement, sur-exploitation de l’eau… l’élevage animal à lui seul serait responsable de 14.5 % des émissions de GES au niveau mondial – sans parler des conditions d’élevage et de la souffrance animale désormais intolérables.

Et ceci est d’autant plus insupportable que manger de la viande ou du poisson n’apporte plus du tout autant de bienfaits à l’homme que lors de ces premières évolutions sur Terre. Pire, consommer trop de viande augmenterait les risques de maladies cardio-vasculaires, de diabète et d’obésité.

Un lundi Vert sans viande ni poisson

Comme la législation française et européenne ne permet pas encore de passer aux protéines d’insectes comme c’est autorisé pour nos animaux de compagnie, l’idée du lundi Vert s’est imposée pour s’habituer, dès le début de la semaine, à manger des repas à base uniquement de légumes et protéines végétales.

Depuis la rentrée universitaire de 2019, près de 800 restaurants universitaires du Crous suivent le mouvement. Et chaque jour, des menus végétariens sont ainsi proposés aux étudiants pour beaucoup déjà bien conscients des enjeux climatiques.

Pourquoi avoir choisi le lundi ?

Les deux chercheurs à l’origine du mouvement français se sont appuyés sur l’initiative « Meatless Monday » (lundi sans viande) initiée en 2003 par l’Ecole de santé publique de l’Université Johns-Hopkins de Baltimore. Selon de nombreuses recherches, les personnes seraient plus enclines à démarrer des changements significatifs en début de semaine. Le lundi est d’ailleurs la journée où les recherches web sur les préoccupations de santé sont les plus importantes. Commencer la semaine par les bonnes résolutions semble donc être un bon moyen pour que celles-ci perdurent et s’installent.

En France, la loi Egalim de 2018 imposait à la restauration collective de proposer dès l’automne 2019 au moins un plat végétarien par semaine. Si beaucoup de cantines, qu’elles soient scolaires ou d’entreprises, ont bien généralisé l’accès à des plats végétariens dans les propositions de menus, elles n’imposent toutefois pas encore de jour sans viande ni poisson. Adopter le Lundi Vert permet de profiter d’une émulation collective pour pousser à généraliser le mouvement dans l’ensemble de la restauration.

Lundi vert : que cuisiner ?

Un des principaux freins à s’y mettre vraiment est la faible connaissance des produits ou de recettes adaptées pour bien manger et se régaler aussi simplement qu’il est facile de lancer un steak dans une poêle. Rassurez-vous : des centaines de pages existent maintenant sur internet pour vous proposer des menus simples. Et si l’on en croit les retours compilés dans l’étude bilan des auteurs au bout d’un an, les bonnes surprises culinaires étaient au rendez-vous : 46 % des répondants ont ainsi découvert de nouveaux aliments et 66.5 % indiquaient avoir cuisiné des plats qu’ils n’avaient jamais réalisé auparavant.

Alors, qu’attendons-nous pour tous s’y mettre dès lundi ?

Pour en savoir plus :
Le site du lundi vert
Le manifeste, la liste des signataires et le résultat de la première étude

Eléonore Verdy

Sur le même thème