Les pesticides (enfin) interdits dans les espaces verts publics

Publié le 3 janvier 2017 à 12:54 Aujourd'hui | 1375 vues

C’est une mesure attendue. Depuis le 1er janvier, il est désormais interdit d’utiliser des produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts, promenades, forêts et les voiries.

Hausse des prix du timbre, du gaz, des assurances… L’année 2017 ne commence pas sous les meilleurs auspices. Mais parmi toutes les nouvelles mesures entrées en vigueur depuis le 1er janvier, certaines sont positives. Parmi elles : l’interdiction de l’usage des pesticides dans tous les espaces verts publics.

L’État, les collectivités locales et les établissements publics doivent désormais se passer de traitements chimiques pour l’entretien des jardins, promenades, forêts et même des voiries. Cette interdiction avait été programmée le 22 juillet 2015, lors de l’adoption par l’Assemblée nationale de la loi de transition énergétique pour la croissance verte, qui prévoit la mise en place de l’objectif zéro pesticide dans l’ensemble des espaces publics. Seuls les produits labellisés Agriculture biologique, biocontrôle ou à très faibles taux peuvent être utilisés. Toutefois, il existe plusieurs dérogations, c’est le cas des pelouses des stades et des cimetières.

Des méthodes alternatives

Se passer des pesticides, ce n’est pas bien compliqué. Pour nettoyer les espaces verts sans endommager l’environnement, plusieurs alternatives sont possibles : désherber à la main, utiliser une désherbeuse mécanique, brûler les mauvaises herbes ou encore laisser les insectes de charger des plantes indésirables. Eh oui, la nature est bien faite. Une autre solution est aussi efficace : un peu d’eau, du sel et du vinaigre. Le purin d’orties fait également très bien l’affaire.

Environ quatre mille communes n’ont d’ailleurs pas attendu cette interdiction pour s’engager vers le zéro phyto. Ce qui est le cas de Lyon. Depuis 2008, la ville a abandonné toute utilisation de produits phytosanitaires dans l’entretien des parcs et jardins publics. À la place, elle s’est tournée vers des méthodes alternatives comme le paillage, l’introduction d’insectes prédateurs dits « auxiliaires » ou encore la création de pelouses et de prairies naturelles. Ces méthodes lui ont même permis de réduire les coûts d’entretien de 30 000 euros par an et ainsi de poursuivre le développement de techniques plus écologiques.

Les particuliers devront aussi bannir les pesticides de leur jardin ou de leur potager. Adieu le Roundup ! Mais cette interdiction ne sera effective qu’à partir du 1er janvier 2019. Reste que depuis le début de l’année, les pesticides, fongicides et insecticides ne sont désormais plus en vente libre.

Aveclogo_mip

Marine VAUTRIN

Surprise

Zéro déchet : comment faire ses pastilles WC maison ?

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème