La pectrophotométrie

Pour en finir avec le broyage de poussins, Carrefour et Loué testent la spectrophotométrie

Publié le 18 février 2020 à 17:58 Aujourd'hui | 432 vues

A fin 2021, il devrait être interdit de broyer les poussins mâles jugés inutiles pour les besoins humains. Loué, déjà particulièrement investi dans la cause animale, et Carrefour expérimentent une nouvelle technique à base de lumière, la spectrophotométrie, pour déterminer avant la naissance le sexe de l’œuf, et éviter ainsi une fin atroce aux mâles.

Il se passe des choses horribles aujourd’hui dans certains élevages de poules pondeuses. Jusqu’à peu encore, il était en effet impossible de déterminer le sexe d’un œuf couvé avant qu’il ne devienne poussin. Aussi, à peine né, on a coutume de tuer les poussins mâles incapables de pondre des œufs, et de piètre qualité en tant que viande. Sans état d’âmes, les poussins mâles sont ainsi, aujourd’hui encore, globalement broyés vivants ou gazés peu de temps après avoir vu le jour.

Cette sombre histoire est dénoncée depuis des années par les associations de défenses du bien-être animal, ce qui devrait enfin aboutir à une loi interdisant ces pratiques à partir de fin 2021. En parallèle, des industriels ont mené des recherches pour pouvoir déterminer le sexe d’un poussin in-ovo.

Un couvoir équipé d’une technique de sexage par spectrophotomètre

Les Fermiers de Loué, partenaire de la Filière Qualité Carrefour, ont équipé à Loudéac un couvoir doté d’une technologie de spectrophotométrie développée par le groupe allemand AAT, spécialiste mondial des technologies en sexage in ovo.

Concrètement, il s’agit, via une caméra qui diffuse un halo de lumière sous l’œuf, de déterminer la couleur des plumes de l’œuf au 13è jour. En effet, les plumes qui ont commencé à se former ont une couleur différente s’il s’agit d’un mâle ou d’une femelle : elles deviennent blanches ou jaunes si l’œuf contient un mâle, brune si l’œuf contient une femelle. Ainsi détectés, les œufs mâles sont immédiatement éliminés, sans souffrance, tandis que les œufs femelles vont continuer à être couvés.

Au 1er mai 2020, Carrefour annonce ainsi que 30 000 poules auront bénéficié de cette technologie, pour, à terme, une production annuelle de 7 millions d’œufs. Le prix de la boite d’œufs sera majoré d’une dizaine de centimes pour absorber le coût de cette nouvelle technique.

L’engagement de Carrefour dans la filière œuf

Depuis 2010, Carrefour s’attaque à l’amélioration de la production de sa filière œuf, pour répondre aux préoccupations des clients et du bien-être animal, autant qu’aux obligations légales. De la fin des OGM ou de l’administration d’antibiotiques, au bannissement des cages, Carrefour rend ainsi peu à peu sa production d’œufs plus responsable.

Un des derniers aspects peu adressé était celui de la souffrance animale. Avec cette nouvelle technique, que la marque teste en parallèle d’une autre technique de détermination du sexe in ovo via des méthodes hormonales, la marque espère trouver la bonne façon qui sera à terme industrialisée à toute la production.

Il reste toutefois que l’œuf mâle est toujours tué, même si les nouvelles méthodes assurent une mort sans souffrance. A quand une technique ou un choix de la race de poules pondeuses qui trouve aussi une « utilité » aux poussins mâles ?

Hélène DESMAZURES

Surprise

Tutos, trucs et astuces pour fabriquer un masque maison

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème