Pourquoi les femmes préfèrent le sucré

Publié le 6 septembre 2018 à 12:23 Perles Info | 104 vues

L’étude Nutrinet permet de mettre en évidence les préférences alimentaires des Français. Qui préfère le sucré ? Qui rajoute du sel dans ses plats ? Qui est attiré par le gras ?

Il y a ceux qui dévoreraient volontiers un hamburger à quatre heures, et ceux qui préféreraient de loin s’octroyer une barre chocolatée. Les goûts en matière d’alimentation varient d’un individu à l’autre, en fonction de son âge, son sexe et sa catégorie sociale. Des scientifiques français nous en apportent la preuve et l’explication. Dans le cadre de l’étude de grande ampleur Nutrinet, des chercheurs de l’Unité de recherche en épidémiologie nutritionnelle étudie les comportements alimentaires des Français ont analysé les préférences alimentaires de 37 000 sujets. Ces derniers devaient répondre à des questions du type : « Préférez-vous manger du pain sans beurre ou avec beaucoup de beurre ? », « Vous arrive-t-il de manger du Nutella à la petite cuillère ? », « A quel point aimez-vous les chips ? », etc. Voici ce qu’il en ressort.

Les femmes sont plus « sucré »

Ces travaux confirment l’amour des femmes pour le chocolat, ou plus précisément pour tout ce qui est « gras et sucré », tandis que les hommes seraient davantage attirés par le « gras et salé ». Ces différences de goût commenceraient à se marquer à l’adolescence, lorsque les hormones sexuelles entrent en activité. Tous les enfants, filles et garçons, aiment à peu près la même chose.

Les fumeurs aiment les plats salés

« Ces personnes vont exprimer une plus forte attirance pour ces aliments étant donné qu’ils ont besoin de davantage d’aliments pour percevoir le goût », explique Aurélie Lampuré, auteur de l’étude. « Ils ont une réelle modification du goût au niveau du cerveau ou de la langue », rajoute-t-elle.

Les femmes enceintes sont attirées par le « gras »

Là encore, l’explication est physiologique. Les futures mamans font des réserves pour nourrir et faire grandir correctement le foetus. On note aussi, chez certaines femmes, un dégoût pour le sel et l’amertume pendant la grossesse. Selon la littérature scientifique, ce phénomène serait dû au fait qu’elles rejettent naturellement ce qui pourrait s’apparenter à du poison (rarement doux et sucré en bouche !).

Les populations à faibles revenus consomment plus de « gras »

Au départ, ce n’est pas une question de goût mais plutôt de sous. Les produits gras étant généralement moins coûteux que les produits plus raffinés, les familles à faibles ressources en consomment davantage. Par conséquent, leur attirance pour « le gras » s’accroît.

Thomas Levy

Surprise

Bananatex : un tissu responsable et de qualité à base de fibre de bananes

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème