Des singes réduits en esclavage pour cueillir des noix de coco

Publié le 1 novembre 2017 à 10:00 Aujourd'hui | 3715 vues

En Asie, les noix de coco ne sont ni ramassées par l’Homme ni par des machines. Et pour cause, des macaques sont exploités pour faire ce travail. 

Depuis quelque temps, la noix de coco fait fureur. Sous forme d’huile, d’eau, de masque capillaire ou de lait pour le corps, ce fruit est devenu à la mode. Cependant, des cardiologues américains de l’American Heart Association (AHA) ont récemment remis en cause les bienfaits de ce fruit exotique. Selon eux, les effets de l’huile de coco sur le métabolisme seraient aussi mauvais que le beurre, l’huile de palme ou le lard. Aujourd’hui, c’est le mode de cueillette qui est pointé du doigt. Le Viêt Nam, le Sri Lanka et la Thaïlande font partie des principaux fournisseurs de noix de coco. C’est dans ce dernier pays, notamment, que la manière de récolter fait parler d’elle. En Thaïlande, 95% des noix de coco sont récoltées par des petits producteurs. Mais certains, peu soucieux du bien-être animal, ont décidé de confier cette tâche à des macaques à queue de cochon. Ces animaux sont classés comme « vulnérable » par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Arrachés à leur environnement

Concrètement, pour cueillir une noix, le macaque est attaché à une laisse avec un collier qui lui serre le cou et est forcé de monter dans un cocotier à plus de 5 mètres de haut pour en détacher les fruits. Certains sont même traînés au sol s’ils sont récalcitrants. Lorsqu’un arbre est terminé, l’animal doit passer immédiatement au prochain sous peine d’être puni. Pour en faire de « parfaits » cueilleurs, « les bébés singes sont capturés et arrachés à leur mère, souvent tuée par des chasseurs, et envoyés dans des écoles spécialisées où on leur apprend à récolter jusqu’à 1 000 noix de coco par jour », dénonçait déjà le Daily Mail en 2015. Ces singes sont par la suite battus et réduits en esclavage. « Ce n’est pas si difficile d’entraîner un singe. La clé est d’être patient. Les humains et les singes sont très différents. Nous ne pouvons pas leur expliquer les choses en utilisant des mots mais nous pouvons être patients et les entraîner graduellement à faire certaines choses. Si nous répétons suffisamment ce processus, nous réussissons », explique Somjai Sarko, une des dresseuses des primates, dans une vidéo publiée par France Info.

Si ces animaux ont été choisis, ce n’est pas par hasard. Très intelligents, ces macaques font la différence entre les noix mûres et celles qui ne le sont pas. Leur force permet à ces primates, grâce à leurs pieds et mains, de casser la tige de l’arbre et de laisser tomber le fruit au sol. Ces singes sont également plus performants que les Hommes et peuvent récolter jusqu’à 1 000 noix de coco par jour s’ils sont productifs (ou battus).

Marie Bascoulergue

  1. Des singes qui prennent le travail des enfants…. C’est dégoutant.

Surprise

Bananatex : un tissu responsable et de qualité à base de fibre de bananes

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème