Vers une hausse du prix du tabac à rouler ?

Publié le 28 juillet 2016 à 17:14 Aujourd'hui | 1041 vues

Deux députés PS souhaitent augmenter le prix du tabac à rouler de 30% considéré comme une « porte d’entrée du tabagisme des jeunes ».

Face à l’augmentation du prix du paquet de cigarettes, de plus en plus de fumeurs et notamment les jeunes se tournent vers le tabac à rouler. Et pour cause : « Avec lui, vous pouvez faire 47 cigarettes environ pour le prix d’un paquet de 20 », explique Michèle Delaunay, députée socialiste et citée par Le Parisien. Moins cher que les cigarettes classiques, les cigarettes roulées à la main n’en restent pas moins nocives. C’est d’ailleurs tout le contraire puisqu’un fumeur inhale deux fois plus de goudron, de nicotine et de monoxyde de carbone qu’avec une « vraie » cigarette. Avec Gérard Bapt, lui aussi député de la majorité, elle souhaite ainsi s’attaquer au prix de ce produit considéré comme une « porte d’entrée du tabagisme des jeunes ».

Une hausse de 30%

Dans une lettre adressée, mercredi 27 juillet, aux ministres des Finances, Michel Sapin, de la Santé, Marisol Touraine, et au secrétaire d’État au Budget, Christian Eckert, les deux députés demandent une hausse de 30% du prix du tabac à rouler pour rejoindre celui des cigarettes. « Je demande, dans un premier temps, une harmonisation de la fiscalité. Grâce à cela, on atteindra approximativement une égalité avec le prix de la cigarette », a indiqué Michèle Delaunay au Figaro. L’augmentation demandée se traduirait alors par une hausse de 2 euros du paquet de roulées. Toutefois, le tabac à rouler n’est pas le seul à être visé. Michèle Delaunay, également présidente de la fédération d’associations Alliance contre le tabac, et Gérard Bapt ont également réclamé une hausse de 15% du prix des cigarettes classiques.

Rapporteurs du budget de la Sécurité sociale, ils déposeront en ce sens un amendement fiscal à la rentrée, à l’occasion du prochain projet de loi de finances de la Sécurité sociale (PLFSS).

Du côté des professionnels, le projet fait bondir. Pour Pascal Montredon, président de la Confédération des buralistes, « la hausse de la fiscalité ne fait plus baisser la consommation, mais augmenter le marché parallèle », estime-t-il au Figaro tout en indiquant qu’il souhaite être reçu « le plus vite possible » par Christian Eckert.

Pour rappel, en France, le tabac tue chaque année 73 000 personnes, dont 44 000 par cancer.

 

 

 

 

 

Marine VAUTRIN

Surprise

Tutos, trucs et astuces pour fabriquer un masque maison

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème