Les volailles de plein air peuvent désormais être confinées

Publié le 7 novembre 2017 à 16:23 Aujourd'hui | 1179 vues

Le risque de grippe aviaire étant encore élevé, les volailles de plein air et Label Rouge peuvent désormais être confinées, selon deux arrêtés publiés au Journal officiel, dimanche 5 novembre.

De plus en plus de consommateurs font attention à la provenance des produits qu’ils achètent. Ce qui est d’ailleurs le cas des œufs ou encore des poulets. Nombreux sont ceux à privilégier les œufs issus de poules élevées en liberté ou des poulets qui ont gambadé dehors, loin des cages et d’immenses bâtiments éclairés par des lumières artificielles. Mais certaines volailles présentées « de plein air » ne le seront plus vraiment. Celles-ci, tout comme celles bénéficiant du Label Rouge, pourront désormais être cloîtrées dans des bâtiments ou des enclos réduits. Les élevages sont en effet désormais autorisés par dérogation à confiner leurs animaux jusqu’à fin mai, selon deux arrêtés datés du 25 octobre et publiés au Journal officiel dimanche 5 novembre. En cause : la grippe aviaire. Sont concernés les élevages situés dans des communes exposées à un risque d’épidémie. Ces dérogations sont applicables tant que le niveau de risque est qualifié d’élevé ou de modéré.

Élevage à l’intérieur possible

Le premier arrêté autorise les élevages à conserver les « volailles fermières de chair » « à l’intérieur du bâtiment d’élevage jusqu’à l’abattage » et à réduire la surface de parcours tant que celui-ci n’est pas « inférieur ou égal à une fois la surface du bâtiment » d’élevage. Même chose pour la production en Label Rouge des « œufs de poules élevées en plein air » et des « poules fermières élevées en plein air/liberté ». Concernant les palmipèdes soumis au gavage, ils pourront aussi être confinés et voir leur parcours réduit. Toutefois, la surface minimale doit être d’au moins 1,5 m2 par canard pour ceux « placés dans le même bâtiment pendant toute la durée d’élevage », de 2,5m2 par canard s’ils sont déplacés en cours d’élevage et de 5m2 par oie.

Le second arrêté suspend l’obligation d’accès à un parcours herbeux pour les « Volailles de l’Ain » et les « Volailles de Bourgogne » élevées en plein air. « Tout éleveur exploitant un bâtiment d’élevage situé sur l’une des communes dont le niveau de risque épizootique est qualifié d’« élevé », ou de « modéré » dans les zones à risque particulier, et qui souhaite bénéficier de l’application des modifications temporaires (…) doit informer l’organisme de défense et de gestion du cahier des charges, ainsi que l’organisme certificateur concerné », précise le texte.

Marine VAUTRIN

Surprise

Tutos, trucs et astuces pour fabriquer un masque maison

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème